<< view all News

Contrer et prévenir l'extrémisme violent

Dans sa quatrième édition, la PVE Newsletter se focalise sur une thématique d'actualité: l'implication, parfois involontaire, des très jeunes dans les rouages, les structures et les mécanismes de l’Organisation de l'Etat Islamique.

Embarqués en Syrie par leurs parents pour certains, nés sur zone pour d’autres, les enfants sont d’abord les victimes de choix et de parcours qui, d’abord les dépassent. Mais aujourd’hui, alors même que l’utopie rêvée par leurs géniteurs se dissout, les victimes d’hier sont peut-être les “bourreaux” de demain… 

En Occident, en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient, ces enfants entrent désormais dans l’équation sécuritaire: potentiellement, ils sont ceux que l’on se doit de scruter avec attention. Ces enfants sont nés ou ont grandis dans la violence exacerbée, leur quotidien a été rythmé par les atrocités que l’Organisation de l’Etat Islamique a perpétré jour après jour. Les plus jeunes recrues du Califat sont aux antipodes des stéréotypes faisant rimer enfance et innocence. Car le projet de l’Etat Islamique intègre pleinement les enfants; ses structures et l’organisation de l’éducation et des formations “militaires” des enfants le démontrent à l’envi.

L’Etat Islamique se duplique aussi sérieusement et avec autant de structures auprès des plus jeunes, que l’on juge: il y les "lionceaux du califat" , appelés aussi "ashbal". Ces enfants, souvent âgés entre 4-5 ans pour les plus jeunes et de 15-16 ans pour les adolescents sont soumis à des entraînements dans des camps spéciaux. Soumis à un ”lavage de cerveau" intense, ces camps et formations sont organisés dès leur arrivée. En guise de distraction télévisuelle, ces enfants sont littéralement abreuvés des productions sanglantes de l’Etat Islamique: exécutions d'une violence inouïe, mise en scène répétées et soigneusement stylisées sinon mythifiées de la mort. Au fil du temps, dans des productions soigneusement pensées, les enfants-spectateurs deviennent eux aussi des exécuteurs. Les « traîtres » à l’organisation furent leurs premières victimes, le plus jeune des bourreaux avant moins de huit ans.

A défaut d’être nouvelle, la problématique est d’une ampleur et d’une complexité sans précédent. Il nous appartient désormais de gérer le retour de ces “enfants guerriers”. 

Comment penser leurs réinsertion dans la société ? 

Comment penser  et réaliser des structures familiales nouvelles, et surtout, saines ? 

Comment relier ces petits déracinés à des grands-parents dont ils ne savent même pas l’existence ? 

Ce sont ces problématiques, parmi d’autres,  que nous devons affronter. Il est de notre devoir de penser les moyens de les réinsérer; mais il est tout aussi essentiel de prévenir le sacrifice d’une nouvelle génération.

Un dossier complet sera à votre disposition dans la prochaine PVE Newsletter de la Plateforme PEV. 

Créée à l'intiative du Département Fédéral des Affaires Etrangères de la Suisse et du GCSP, la Plateforme PEV en ligne construit une communauté de praticiens et de ressources en matière de prévention de l’extrémisme violent. 

Rejoignez la Plateforme PEV

Created jointly by the Swiss Federal Department of Federal Affairs and the GCSP, the PVE Online Platform builds a community of practitioners and resources on preventing violent extremism. By joining the platform now, you'll receive the next newsletters with articles in English and French on specific topics related to PVE.

Join the PVE Platform

Photo: Muhammed Muheisen